Le CISSS de l’Abitibi-Témiscamingue fait faux bond à la Ville

Le CISSS de l’Abitibi-Témiscamingue fait faux bond à la Ville
vendredi 12 novembre 2021
Alors que la collaboration était bonne entre le Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Abitibi-Témiscamingue (CISSSAT) et le comité de travail qui se penche sur des solutions pour rouvrir le plus rapidement possible le centre de services d’urgence, la Ville de Senneterre déplore la volte-face du CISSSAT qui a cavalièrement et unilatéralement mis fin aux travaux du comité, empêchant ainsi la réouverture de l’urgence.

Rien ne laissait présager ce revirement de situation. En effet, lors de la plus récente rencontre entre le comité de travail et le CISSSAT tenue deux jours plus tôt, l’attitude était positive et laissait entrevoir l’annonce d’une réouverture imminente. C’est avec surprise et déception que le comité et la Ville de Senneterre ont appris jeudi matin que le CISSSAT n’irait pas de l’avant avec une réouverture du centre de services d’urgence. 

Le point de service étant fermé 16 heures par jour depuis le 18 octobre dernier, il est impossible de desservir adéquatement la population de la ville.

« La PDG du CISSSAT, Mme Caroline Roy, parle beaucoup de sécurité et de soins de santé de qualité, alors que c’est tout le contraire qui est offert présentement aux usagers. Elle vient de jeter plusieurs semaines de travail aux poubelles, comme si aucune des propositions n’était valide. C’est inacceptable! », mentionne Nathalie-Ann Pelchat, mairesse de la Ville. 

Un plan d’attraction de la main-d’œuvre par Senneterre… pour Val-d’Or
En plus des démarches effectuées par le comité de travail, la Ville de Senneterre a mis en place un plan d’attractivité de la main-d’œuvre, une mesure supplémentaire pour pallier le manque de personnel en santé décrié par le CISSSAT. 

La Ville était sous le choc lorsqu’elle a appris qu’aucune ressource ne pouvait être envoyée à Senneterre tant que les postes n’étaient pas comblés ailleurs en région. 

« Avant de mettre encore des efforts qui serviront aux autres établissements de la région, nous attendrons d’avoir une entente claire pour nous assurer que nos efforts seront reconnus et que c’est la population de Senneterre qui pourra en bénéficier. », a ajouté la mairesse Pelchat. 

Cliquer ici pour consulter le communiqué







retourner à toutes les nouvelles +
2021.11.16
La Ville de Senneterre investit 70 000 $ dans le parc à jeux d’eau
Lors de la séance du conseil municipal du 15 novembre 2021, la Ville de Senneterre a résolu d’investir un montant de 70 000 $ pour voir la concrétisation du parc à jeux d’eau dans le parc Optimiste.

Au cours des dernières années, la Ville de Senneterre a contribué en amenant les services d’eau et d’égout à ce parc pour un investissement de 25 000 $. Par la suite, un bloc sanitaire a été érigé offrant une toilette accessible aux personnes à mobilité réduite, un lavabo, une table à langer et un grand espace pour se changer; à l’extérieur, deux abreuvoirs et des caméras de surveillance ont été installés, le tout pour un montant de 85 000 $.

Cliquer ici pour consulter le communiqué
2021.11.12
Le CISSS de l’Abitibi-Témiscamingue fait faux bond à la Ville
Alors que la collaboration était bonne entre le Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Abitibi-Témiscamingue (CISSSAT) et le comité de travail qui se penche sur des solutions pour rouvrir le plus rapidement possible le centre de services d’urgence, la Ville de Senneterre déplore la volte-face du CISSSAT qui a cavalièrement et unilatéralement mis fin aux travaux du comité, empêchant ainsi la réouverture de l’urgence.

Rien ne laissait présager ce revirement de situation. En effet, lors de la plus récente rencontre entre le comité de travail et le CISSSAT tenue deux jours plus tôt, l’attitude était positive et laissait entrevoir l’annonce d’une réouverture imminente. C’est avec surprise et déception que le comité et la Ville de Senneterre ont appris jeudi matin que le CISSSAT n’irait pas de l’avant avec une réouverture du centre de services d’urgence. 

Cliquer ici pour consulter le communiqué

consulter toutes les nouvelles +